Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 15:10
 
Raouf Ben Yaghlane met en garde les jeunes de Douar Hicher
contre l’émigration clandestine      
 
Article publié à Réalité - Hanène Zbiss-07/12/2009
 
Après sa première rencontre avec les candidats potentiels à l’émigration clandestine à Douar Hicher, dans le cadre du projet européen MESURE pour la sensibilisation contre ce phénomène, Raouf Ben Yaghlane est revenu les voir pour leur présenter un spectacle interactif, inspiré de leurs témoignages et engager avec eux un nouveau débat sur leurs problèmes. 

Il était 19h00, à la Maison de la Culture de Douar Hicher, le lundi 16 novembre. Le public, formé majoritairement de jeunes avec quelques parents, s’impatientait de voir se produire sur scène Raouf Ben Yaghlane. Ce dernier leur avait promis au mois de mai de revenir leur présenter le résultat du débat qu’il a eu avec eux sur les motifs qui les poussent à l’émigration clandestine, sous forme de tableaux théâtraux qui se basent sur leurs témoignages. Mais le temps passait et ils ne voyaient rien venir. Ils ont commencé à s’agiter. Certains, las d’attendre, sont même sortis de la salle. Dans les coulisses, quelque chose se préparait. Le comédien n’était pas encore arrivé, des bruits couraient que le spectacle pourrait être annulé et le comble a été quand un des organisateurs a demandé aux représentantes de l’AFTURD (Association de la Femme Tunisienne pour la Recherche et le Développement) de quitter les lieux alors que l’association est partenaire dans le projet européen MESURE pour la sensibilisation des jeunes quant aux dangers de l’émigration clandestine, dans le cadre duquel s’inscrit l’action de Raouf Ben Yaghlane. Le motif de la décision d’éloigner l’AFTURD est que « l’opération devait rester interne car les jeunes allaient ensuite témoigner de leurs expériences personnelles ». Une excuse qui ne tient pas la route d’autant plus que les membres de l’association étaient présents lors de la première rencontre avec les candidats à la harga en mai dernier.

« Io sono già partito »
 
dawar-hicher-inteactif-jeunes.jpgVers 19h30, Ben Yaghlane a fait finalement son entrée sur scène, il semblait mal à l’aise, probablement à cause de ce qui venait de se passer dans les coulisses. Mais il a pu rapidement dépasser cela pour entamer sa séance de sensibilisation interactive rythmée par la présentation de quelques tableaux théâtraux.
Il a donc commencé par donner un premier tableau, histoire de mettre tout le monde dans le bain. Il a mis en scène justement la dernière rencontre au mois de mai (voir Réalités n° 1220 du 14 au 20/5/2009) durant laquelle on avait donné la parole aux candidats potentiels à l’émigration clandestine pour exprimer leurs problèmes. Le comédien s’est mis dans la peau de l’un d’eux en caricaturant son rapport avec les responsables qui se contentent de répondre par une langue de bois à des interrogations vitales d’un être qui se sent démuni devant une situation difficile de précarité et de chômage dont la seule issue est la harga. La dérision arrive à son comble quand le citoyen déclare au responsable qu’il ne l’écoute pas et qu’il s’imagine déjà en Italie. «Io sono già partito» (je suis déjà parti), lui dit-il.
Après cette première séquence, le climat est devenu propice pour engager le débat sur les préoccupations des jeunes de Douar Hicher, réputé pour être un fief de l’émigration clandestine. Mais d’abord, le comédien a préféré leur montrer un document vidéo avec les témoignages d’émigrés clandestins tunisiens qui vivent en Italie, sur la vie de “chiens” qu’ils mènent là-bas et leurs regrets d’avoir quitté leur patrie pour rien, le tout illustré par des images de cadavres humains trouvés dans la mer. 

« Je “brûlerai” quoiqu’il arrive »
 
Ben Yaghlane croyait ainsi pouvoir les dissuader en leur présentant le genre d’existence misérable qui les attend si jamais ils parviennent à arriver sains et saufs en Europe. Mais loin de là, des jeunes semblaient plus que jamais décidés à tenter l’aventure. En témoigne, Elyès, 17 ans, lycéen, qui a déclaré : «Je suis plus que jamais convaincu de la validité de mon choix. “Je brûlerai” quoi qu’il arrive car, ici, si tu ne travailles pas, tu n’es pas respecté alors que là-bas en Italie, même si tu vis dans la misère totale, personne ne te verra et puis tu pourras galérer pendant deux ou trois ans, voire plus mais à la fin tu reviendras avec beaucoup d’argent et tu réaliseras finalement tes rêves. Et peu importe d’où vient cet argent, même s’il provient du trafic de drogue. L’important est de l’avoir et de rentrer triomphant au bled ».
Achref, un autre jeune, partage aussi son avis en révélant qu’il n’a pas peur de mourir en mer car il se sent “presque mort” : « Je suis chômeur depuis bientôt neuf ans. J’ai fait de petits boulots pour survivre et une formation en tapisserie sans pouvoir décrocher un poste de travail. J’ai ouvert un petit kiosque à tabac mais la municipalité me l’a fermé car je n’avais pas d’autorisation. J’ai tout essayé pour trouver un emploi et améliorer ma situation mais sans succès. Alors la seule voie qui me reste aujourd’hui c’est de “brûler”».

dawar hicher interactif 
« J’avais seulement 18 ans et j’étais déjà en prison »
 Consterné par ces déclarations, Ben Yaghlane a invité ces deux jeunes à monter sur scène et à s’imaginer dans une barque en train de traverser la mer vers un destin incertain. Ces derniers ont joué le jeu et ont improvisé un dialogue d’une grande authenticité. Ils ont été rejoints ensuite par une jeune fille qui a interprété le rôle d’une mère qui essaye de convaincre son fils de rester dans le pays. Les trois ont donné une belle performance, à saluer vivement. Ils ont surtout encouragé d’autres à venir sur scène et s’exprimer, tel ce témoignage vibrant de Khalil, 20 ans qui a “brûlé” trois fois. Durant l’une d’elle, il a été arrêté en Libye et incarcéré pendant quatre mois dont il garde un souvenir terrible. «J’avais seulement 18 ans et j’étais déjà en prison. Nous étions frappés tout le temps par les geôliers. Ma mère a dû vendre ses bijoux pour venir me rendre visite », a-t-il déclaré. Depuis, il a décidé de ne plus penser à l’émigration clandestine et de chercher du travail pour dédommager sa mère de la perte de ses bijoux. Mais ce n’est pas gagné, car après avoir suivi une formation, Khalil ne trouve toujours pas de boulot et il a conclu qu’il faut avoir absolument des pistons pour en décrocher. Et il n’est pas le seul à penser de la sorte. Car un jeune diplômé, ayant fait une licence appliquée en animation touristique, a pris la parole pour raconter sa galère à trouver un emploi. « Je suis allé frapper à la porte de plusieurs entreprises mais sans succès. Un jour, un patron m’a rétorqué qu’il n’emploie pas des gens qui viennent des “banlieues” de la Capitale ». Résultat, le jeune homme commence à désespérer d’être embauché sans avoir des pistons et l’idée de la “harga” germe petit à petit dans sa tête. 

La jeunesse lance un SOS
 
Raouf Ben Yaghlane est conscient que le motif le plus fort de l’émigration clandestine reste le chômage. C’est pour cela qu’il a centré les deux autres tableaux théâtraux qu’il a présentés sur ce thème. Son personnage, cherchant à dépasser ce problème, commence à fantasmer sur la richesse qu’il va recueillir à l’étranger, les projets qu’il va construire en rentrant au pays, la société qu’il va créer permettant ainsi à tous ses amis chômeurs d’avoir du travail à un salaire très haut etc. Ces rêves correspondent tellement à la réalité que les jeunes de Daouar Hicher se sont identifiés facilement au personnage et à ses paroles. 
Reste que ces jeunes qui ont exprimé librement leur malaise n’ont pas obtenu finalement de réponses à leurs interrogations quant aux problèmes de chômage, de précarité et d’inégalité des chances pour l’accès au travail. Ils n’arrêtaient pas de répéter que s’ils trouvaient un encouragement et un soutien pour décrocher un emploi ou créer des projets, ils n’auraient aucune raison de quitter leur pays. Un appel que Ben Yaghlane a cherché à transmettre aux représentants des nombreuses associations présentes, en espérant qu’elles puissent faire quelque chose.

Hanène Zbiss 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ben Yaglane - dans CULTURE
commenter cet article

commentaires

L'obstaclé

  • : Le blog de Raouf Ben Yaglane
  • Le blog de Raouf Ben Yaglane
  • : contactez moi sur Facbook: http://fr-fr.facebook.com/people/Raouf-Ben-Yaghlane/1660760965 La liberté d'expression ne suffit pas.Il ne suffit pas d' être libre , il faut être libéré.
  • Contact

Qui je suis ?

Désolé de ne pas pouvoir me présenter comme il faut car je viens de découvrir que je ne sais pas qui je suis au juste...

(Lire la suite)

Recherche

MES CHANSONS


Ma Chansons Ena-wena-mech-metfehmine.mp3


Référencement

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
ArabO Arab Search Engine & Directory
Site référencé par Aquitaweb.com
Art & Artist Blogs - Blog Catalog Blog Directory