Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 10:59

Hareq Yetmenna au profit des réfugiés

Le théâtre solidaire…

Journal le Temps - 17- 6-2011 

   L’humour est un outil salvateur, la politesse du désespoir disait quelqu’un de très inspiré, et qui a vu juste. Et c’est justement l’arme, dont a choisi de s’emparer l’artiste, la fourbissant à sa guise, pour traiter d’un sujet difficile, et qui demeure, cependant,  d’une brûlante actualité : celui des « Harraqas ». A savoir ceux qui se résignent un jour, à leurs risques et périls, d’affronter l’inconnu, et tous les dangers qui vont avec, dans l’espoir, fut-il infime, de pouvoir changer de vie, après avoir épuisé tous les ressorts possibles et inimaginables, sans parvenir toutefois, à sortir de la misère.


Car on ne quitte pas impunément, et de gaieté de cœur son pays, juste pour le plaisir de se retrouver à la merci d’une lame de fonds qui n’hésitera pas à vous emporter, sans plus d’états d’âme, vers des ténèbres humides comme les larmes salées des mères, qui ne reverront jamais leurs enfants.

 Et c’est ces instants de basculement, qui ne tiennent bien souvent qu’à un fil, fragile et ténu, qui sont au cœur du sujet de « Hareq Yetmanna » de Raouf Ben Yaghlane, qui sera présentée au public du Théâtre Municipal, ce soir (à 19h), au profit des réfugiés, à la demande du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, en collaboration avec le Croissant Rouge Tunisien, dans le cadre de la Journée Mondiale des Réfugiés qui se tiendra le 20 juin.

Une manière d’apporter sa propre pierre à l’édifice, en témoignant à sa mesure, et par le biais de la création, de l’état du monde où nous évoluons.

 

Rien ne va plus ?

Raouf Ben Yaghlane qui revient d’une visite aux camps des réfugiés de Choucha, de Ras Jdir, avoue ne pas être sorti indemne de cette expérience très éprouvante, qui est de se coltiner la réalité de plein fouet, sans le filtre de l’écran interposé, et qu’il en est d’autant plus bouleversé qu’il ne s’imaginait pas qu’il puisse y avoir tant de désespoir, et tant de dénuement juste sous nos yeux, nous qui sommes aveugles à tout ce qui n’est pas notre propre personne.

« Je voulais m’y rendre, parce qu’il fallait que j’aille là où tout cela se passe, et où l’histoire, la grande, s’écrit au quotidien, parce que je me sentais très concerné. En tant qu’être humain, et en tant qu’artiste. Et je dois avouer que grâce aux militaires et à l’UNHCR, j’ai pu approcher ces gens, qui ont tout perdu, sauf leur dignité, et qui ne savent pas, tant que leur pays la Libye, est à feu et à sang, de quoi demain sera fait. L’artiste a le devoir, de par sa capacité à faire résonance, de faire porter leurs voix au loin, pour que l’on n’oublie pas l’existence de ce drame humain, qui ne peut pas ne pas nous interpeller.

J’ai pris ma caméra, et j’ai filmé ce que j’ai pu, en respectant la réserve de ceux qui ne voulaient pas être filmés, mais qui ont accepté de me parler, souvent avec beaucoup de pudeur, de ce qu’ils ont vécu, et qu’ils n’oublieront pas de sitôt. A Remada, j’ai rencontré par exemple, un petit garçon libyen qui habitait le camp, et qui est venu me demander un drapeau tunisien. Ce garçon avait tout juste cinq ans, et il n’avait plus de parents, tués tous les deux. Ce petit garçon-là aurait pu être le mien. Il viendra renflouer les sombres statistiques des quelque 36 millions et 500 mille refugiés qui existent dans le monde. Il était si démuni, lui et tant d’autres dont j’ai pu percevoir la souffrance que j’en suis bouleversé à jamais. Le regard que l’on porte sur la vie, sur l’art, sur la création, ne peut pas ne pas en être changé. Je ressens cela viscéralement. Et j’espère que je saurais communiquer cette émotion-là sur scène, par fidélité à tout ce que j’ai vu, et que je n’oublierai pas… ».

                                                                                                                                 Samia HARRAR

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ben Yaglane
commenter cet article

commentaires

L'obstaclé

  • : Le blog de Raouf Ben Yaglane
  • Le blog de Raouf Ben Yaglane
  • : contactez moi sur Facbook: http://fr-fr.facebook.com/people/Raouf-Ben-Yaghlane/1660760965 La liberté d'expression ne suffit pas.Il ne suffit pas d' être libre , il faut être libéré.
  • Contact

Qui je suis ?

Désolé de ne pas pouvoir me présenter comme il faut car je viens de découvrir que je ne sais pas qui je suis au juste...

(Lire la suite)

Recherche

MES CHANSONS


Ma Chansons Ena-wena-mech-metfehmine.mp3


Référencement

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
ArabO Arab Search Engine & Directory
Site référencé par Aquitaweb.com
Art & Artist Blogs - Blog Catalog Blog Directory