Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 11:25
Extrait de mon passage dans d'émission K-21 sur Canal 21

Visages sans Visas



Les Clandestins

Pourquoi avez-vous choisi d’écrire une pièce sur l’émigration clandestine?
C’est un sujet qui s’impose. On en parle partout dans le monde entier, dans les télés et dans les journaux. C’est un phénomène qui touche des centaines de familles. Il est devenu urgent de le traiter. Comment se taire devant un problème pareil ? Comment ne pas s’impliquer ? Comment ne pas chercher à mieux le comprendre et à le saisir ? Je trouve que c’est horrible ce que nous sommes en train de regarder sur les chaînes de télévisions étrangères, sur les gens qui meurent chaque jour en mer. C’est insupportable ! Je considère que le phénomène de l’émigration clandestine touche directement à la condition humaine. Comment faire semblant de ne pas s’y intéresser ? Moi, je ne peux pas ne pas traiter les thèmes chauds qui interpellent notre société, comme je l’ai déjà fait auparavant avec des sujets brûlants comme la santé sexuelle et la liberté d’expression.
Et donc, encore fois vous avez décidé de réagir ?
A vrai dire, pour faire cette pièce que j’écris actuellement, j’ai été contacté par l’organisation européenne Tecla qui oeuvre dans le cadre d’un projet de la Commission Européenne, le projet MESURE pour sensibiliser les jeunes quant aux dangers de l’émigration clandestine. Cette organisation travaille également avec l’Association Maghrébine du Développement de Ressources Humaines (AMDRH) et l’Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche et le Développement (AFTURD). On m’a choisi pour faire cette pièce car j’ai déjà travaillé auparavant, quand j’étais en France dans les années 70-80, sur les travailleurs immigrés.
J’ai eu des réunions avec les différents partenaires du projet qui m’ont présenté les résultats d’une étude faite sur le sujet avec des témoignages écrits afin que je m’en inspire pour créer mon spectacle. Mais en les lisant, je me suis rendu compte qu’ils ne me suffisaient pas pour monter la pièce. Car il s’agissait de données recueillies à partir d’une enquête sociologique. Or, moi, j’avais besoin d’écouter les gens, de parler avec eux et de comprendre surtout ce qui les motive pour mettre leur vie en péril et aller en Europe. J’ai alors décidé de me déplacer pour les voir. L’organisation Tecla a mis à ma disposition tous les moyens et je suis parti au Sud de l’Italie, en Sicile.
Et qu’avez-vous découvert là bas ?
J’ai constaté les conditions de vie déplorables des émigrés clandestins. Il y avait beaucoup d’Africains. J’ai insisté pour rencontrer les Tunisiens. Et j’ai vu ceux à l’intérieur du camp de réfugiés et ceux qui s’en sont évadés. Ils vivent dans des conditions inhumaines, en étant obligés de dormir sans toit et de chercher à manger dans les ordures, outre le fait de devoir tout le temps fuir la police. Et cela dure depuis dix, cinq ou trois ans selon les cas. Avant de les rencontrer, je pensais que mettre sa vie en péril pour venir en Europe valait la peine. Mais quand j’ai vu leur situation là-bas, elle m’a beaucoup préoccupé et intrigué. Alors, je voulais en savoir plus sur eux en leur posant de multiples questions.
Repost 0
Published by Ben Yaglane
commenter cet article
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 23:28

J’accuse cette société d’avoir marginalisé les faibles
et privilégie les plus forts

Raouf Ben Yaghlane parle de sa nouvelle pièce sur l’émigration clandestine -
  Henene Zbiss - Réalités - Publié le 18.05.2009

Après la santé sexuelle et la liberté d’expression, Raouf Ben Yaghlane s’attaque désormais au problème de l’émigration clandestine dans sa nouvelle pièce. Observateur attentif de sa société et scrutateur rigoureux de ses malheurs, rien n’échappe à son regard critique et à sa volonté de dévoiler le mal là où il est. Interpellé par les images de ces centaines d’hommes et de femmes qui périssent chaque jour en mer et intrigué par leur volonté désespérée de trouver un monde meilleur, il a décidé de leur donner la parole en se glissant dans leur peau pour évoquer leur misère, leur malaise et leur désespoir.
Pour cela, il a choisi de les écouter d’abord, de les interroger sur ce qui les pousse à se martyriser ainsi, sur leurs rêves et leurs déceptions en arrivant en Europe. Car il est conscient qu’il ne peut écrire son spectacle sans impliquer les gens qui sont directement concernés par l’émigration clandestine. Il est donc parti à leur rencontre en Italie et puis en Tunisie. Et là, il a découvert une réalité révoltante et une situation inadmissible.

Pourquoi avez-vous choisi d’écrire une pièce sur l’émigration clandestine?
C’est un sujet qui s’impose. On en parle partout dans le monde entier, dans les télés et dans les journaux. C’est un phénomène qui touche des centaines de familles. Il est devenu urgent de le traiter. Comment se taire devant un problème pareil ? Comment ne pas s’impliquer ? Comment ne pas chercher à mieux le comprendre et à le saisir ? Je trouve que c’est horrible ce que nous sommes en train de regarder sur les chaînes de télévisions étrangères, sur les gens qui meurent chaque jour en mer. C’est insupportable ! Je considère que le phénomène de l’émigration clandestine touche directement à la condition humaine. Comment faire semblant de ne pas s’y intéresser ? Moi, je ne peux pas ne pas traiter les thèmes chauds qui interpellent notre société, comme je l’ai déjà fait auparavant avec des sujets brûlants comme la santé sexuelle et la liberté d’expression.
Et donc, encore fois vous avez décidé de réagir ?
A vrai dire, pour faire cette pièce que j’écris actuellement, j’ai été contacté par l’organisation européenne Tecla qui oeuvre dans le cadre d’un projet de la Commission Européenne, le projet MESURE pour sensibiliser les jeunes quant aux dangers de l’émigration clandestine. Cette organisation travaille également avec l’Association Maghrébine du Développement de Ressources Humaines (AMDRH) et l’Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche et le Développement (AFTURD). On m’a choisi pour faire cette pièce car j’ai déjà travaillé auparavant, quand j’étais en France dans les années 70-80, sur les travailleurs immigrés.
J’ai eu des réunions avec les différents partenaires du projet qui m’ont présenté les résultats d’une étude faite sur le sujet avec des témoignages écrits afin que je m’en inspire pour créer mon spectacle. Mais en les lisant, je me suis rendu compte qu’ils ne me suffisaient pas pour monter la pièce. Car il s’agissait de données recueillies à partir d’une enquête sociologique. Or, moi, j’avais besoin d’écouter les gens, de parler avec eux et de comprendre surtout ce qui les motive pour mettre leur vie en péril et aller en Europe. J’ai alors décidé de me déplacer pour les voir. L’organisation Tecla a mis à ma disposition tous les moyens et je suis parti au Sud de l’Italie, en Sicile.

Et qu’avez-vous découvert là bas ?
J’ai constaté les conditions de vie déplorables des émigrés clandestins. Il y avait beaucoup d’Africains. J’ai insisté pour rencontrer les Tunisiens. Et j’ai vu ceux à l’intérieur du camp de réfugiés et ceux qui s’en sont évadés. Ils vivent dans des conditions inhumaines, en étant obligés de dormir sans toit et de chercher à manger dans les ordures, outre le fait de devoir tout le temps fuir la police. Et cela dure depuis dix, cinq ou trois ans selon les cas. Avant de les rencontrer, je pensais que mettre sa vie en péril pour venir en Europe valait la peine. Mais quand j’ai vu leur situation là-bas, elle m’a beaucoup préoccupé et intrigué. Alors, je voulais en savoir plus sur eux en leur posant de multiples questions.
Quel genre de questions ?
Qu’est ce que vous faites ici ? Comment vivez-vous ? Pourquoi êtes-vous venus? Et la plupart m’ont répondu : «Nous avons été induits en erreur quant à la vraie situation, ici en Italie. Nous étions en Tunisie, entourés de nos familles et de nos amis et puis, en voyant ceux qui sont partis à l’étranger revenir avec beaucoup d’argent, des voitures et des portables dernier cri, nous nous sommes demandé pourquoi, eux, ils vivent ainsi et nous non, alors que nous étions dans la même situation de chômage auparavant. Et du coup, nous nous disions : pourquoi ne pas suivre leur exemple ?». Et là je leur ai posé une autre question : «Alors, en arrivant ici, vous avez découvert quoi ?». La réponse était unanime : «Nous avons découvert qu’ils nous ont menti sur toute la ligne. Les voitures, ils les ont empruntées ainsi que l’argent pour nous faire croire qu’ils sont riches. Car il est devenu impossible de trouver du travail en Italie. Les Italiens ne veulent plus de nous. Ils amènent des Roumains, des Polonais et des Tchèques pour travailler chez eux puisque l’Europe s’est élargie». Finalement, je leur ai demandé : «Pourquoi ne pas rentrer alors ?» Ils me rétorquaient qu’ils aimeraient bien revenir en Tunisie, qu’ils considèrent désormais comme un paradis mais ils ne peuvent pas le faire. Car ils ne peuvent pas se permettre de rentrer les mains vides après toute cette galère et ces sacrifices. Ils ont peur du regard accusateur de la société. Il y a ceux aussi qui n’osent pas revenir au pays parce qu’ils ont volé les bijoux de leur mère pour se payer une place sur une barque vers l’Europe.
D’après ce qu’ils vous ont raconté, qu’est-ce qui les motive à partir ?
Certes, la recherche du travail est le premier motif mais pas le seul. Car quand je leur pose la question, ils me répondent qu’en Tunisie, ils n’arrivent pas à s’exprimer, à parler de leurs problèmes et des choses qui les tourmentent, alors qu’à l’étranger, malgré toute la misère dans laquelle ils vivent, ils ont ce privilège. Ils me disent aussi que chez eux, le monde appartient aux puissants et à ceux qui ont des “pistons”. Or eux se sentent marginalisés et ne peuvent même pas le déclarer. Et quand je leur demande : «Mais comment acceptez-vous de vivre dans la précarité totale ici en Italie alors que vous refusez d’en supporter le quart en Tunisie? Ils me répondent que dans leur pays, ils ne peuvent consentir de galérer car ils sentiraient, dans ce cas, subir une injustice.
Quelle conclusion avez-vous tiré de ces rencontres ?
La conclusion que j’ai tiré d’après ce que j’ai vu est que ces gens ont besoin d’une assistance psychologique. S’ils continuent à vivre dans la misère dans le pays d’accueil, c’est parce que la société tunisienne ne pardonne pas l’échec. Elle n’accepte pas que des gens partent au péril de leur vie et reviennent les mains vides. Ils en sont victimes car elle les pousse à s’attacher aux apparences, à fuir leur réalité et ne les aide pas du tout à s’assumer et à se prendre en charge. C’est pour cela que j’accuse cette société d’avoir marginalisé les faibles et privilégie les plus forts. Je considère que ces personnes ont un potentiel extraordinaire qui n’a pas été exploité et mis en valeur. Un individu qui est capable de traverser une mer comme s’il traversait une rue, doit avoir à l’intérieur de lui une volonté surprenante et une très grande énergie. Pourquoi laisser passer tout cela et ne pas donner à cette personne une opportunité ? Ces gens accusent la société de les avoir marginalisés et moi je me joins à eux. Et c’est ce que je vais mettre en évidence dans mon spectacle avec un peu de dérision.
Nous sommes tous responsables de ce qui leur arrive. Leur demander pourquoi vous avez «brûlé» est inadmissible pour moi. C’est comme si nous ignorions leur malaise, leur souffrance et le sacrifice qu’ils viennent de faire ! Il faut réfléchir longtemps avant de leur poser une question pareille ! En tout cas, moi, je n’ai pas osé la poser. Je considère qu’il est nécessaire de respecter la dignité de ces individus en leur posant les questions qu’ils méritent. Et puis, avant toute interrogation, il faut leur dire : Dieu merci, vous êtes encore en vie !
Comment ont-ils réagi quand vous leur avez dit que vous préparez une pièce sur eux ?
Ils ont été très contents. D’ailleurs, ils attendent avec impatience de voir la pièce. Ils m’ont surtout chargé de faire parvenir leur voix et de parler de leurs conditions de vie et de leurs souffrances.
S’ils revenaient un jour en Tunisie, seraient-ils partants pour «brûler» de nouveau ?
Moi, je leur ai plutôt posé la question suivante : «Si vous aviez un frère, un proche ou un voisin qui voudrait venir en Europe, qu’est-ce vous lui conseilleriez?» Ils m’ont répondu à l’unanimité : «Non, non et non. Il ne faut pas qu’il vienne. Nous ne voulons pas induire les autres en erreur. L’Italie n’est pas un paradis. Nous vivons dans la misère. Les Italiens eux-mêmes ont des problèmes». Et quand je leur ai demandé : «Mais ce discours ne vous a-t-il pas été tenu avant de partir», ils m’ont rétorqué : «Oui, mais nous n’y avions pas cru».
Vous auriez pu, pour les besoins de votre spectacle, vous limiter aux émigrés clandestins que vous avez rencontrés en Italie ? Pourquoi avoir tenu à continuer ce travail à Tunis ?
En Italie, j’ai rencontré les émigrés clandestins qui ont réussi à arriver en Europe. Maintenant, je voudrais voir ceux qui veulent aller là-bas ainsi que leurs parents. Je voudrais savoir pourquoi ils désirent «brûler» et ce qu’ils pensent trouver en Italie. J’ai eu une première rencontre à Daouar Hicher avec eux. Les gens présents étaient très touchés comme vous l’avez vu car ils ont senti que le rapport était sincère entre eux et moi et que je m’intéressais à leurs malheurs, à leurs problèmes et à leurs drames dont je parlerai dans ma pièce.
Et qu’avez-vous déduit de votre rencontre avec eux ?
J’ai découvert qu’il y a un écart énorme entre le discours officiel et la réalité, entre ce que disent les responsables et le vécu des gens. Il faut que ces hauts responsables aillent visiter les faibles chez eux et voir de leurs propres yeux leur existence. Ils faut qu’ils quittent leurs bureaux pour aller chercher les marginalisés et les exclus là où ils sont. Dans les cafés par exemple, qui pourraient se transformer à l’occasion en espaces de dialogue. Il est nécessaire que l’Administration soit au service du citoyen où qu’il soit. Je propose même, en guise de dérision, d’organiser pour ces responsables «une campagne de contact avec le peuple» !
Et vous, qu’est ce que vous proposez, comme solutions au phénomène de l’émigration clandestine ?
Je l’ai dit et je le répète, il faut une assistance psychologique à ces gens qui ont «brûlé» ou qui veulent le faire. Il est nécessaire de créer des cellules d’écoute en Italie et en Tunisie pour les aider à se découvrir, à mieux se comprendre et se définir, à se réconcilier avec eux-mêmes et à pouvoir faire la différence entre le rêve et la réalité. Car faut-il le préciser, cette société fait vivre les gens dans l’hypocrisie et dans les fausses apparences en leur faisant croire que tout est possible. Prenons par exemple les émissions télé qui vous promettent de gagner des millions. Comment ne pas rêver de s’enrichir facilement en les regardant? On ne peut pas fabriquer des rêves puis venir reprocher aux gens d’y avoir cru !
Ce que vous avez fait à Douar Hicher, allez- vous le continuer dans d’autres endroits ?
Bien sûr ! J’irai à l’intérieur du pays visiter des endroits réputés pour être des foyers de l’émigration clandestine. Et puis, comme vous l’avez vu, les autorités locales me soutiennent et je crois qu’ils continueront à le faire car je touche une problématique qui les intéresse.
Ce travail de sensibilisation que vous faites actuellement rappelle ce que vous avez réalisé pour la santé sexuelle quand vous avez mis en scène le spectacle «Ech Ikouloulou», non ? C’est ma manière de procéder et de faire mon métier d’artiste. Quand je traite un problème de société, la moindre des choses est de rencontrer et de discuter avec les gens qui y sont directement concernés. Je ne vais quand même pas inventer des histoires sans tenir compte de la réalité ! Un personnage sur scène a sa raison d’être qui dépend de mon rapport en tant qu’artiste avec le réel. Je m’implique à fond dans les problématiques que je traite. C’est ma façon aussi d’exercer ma citoyenneté.
Cette pièce sur l’émigration clandestine, où allez-vous la présenter ?
Pour le moment, je vais la présenter en Tunisie pour les émigrés vivant en Italie et en langue italienne dans plusieurs régions en Italie. Car je suis en train de préparer la version italienne de mon spectacle avec un metteur en scène et un producteur de là-bas. Mais dans cette version, je vais traiter la question du point de vue du pays d’accueil qui avoue avoir des difficultés à accepter cette émigration clandestine, du moins de point de vue officiel. Du reste, elle profite bien à la mafia et aux réseaux intégristes!


Hanène Zbiss


Repost 0
Published by Ben Yaglane - dans actualité
commenter cet article
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 18:27
La démocratie dans mon quartier



Raouf Ben Yaghlane


Repost 0
Published by Ben Yaglane
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 19:03





Repost 0
Published by Ben Yaglane
commenter cet article
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 18:30
La crise économique mondiale n'arrivera jamais chez nous,
parce que, grâce à dieu, nous sommes les meilleurs .


Propos tenu par un immigré Tunisien, clandestin -7arak-
rencontré dans un métro à Paris.
Humour et autodérision.
Raouf BenYaghlane
Repost 0
Published by Ben Yaglane
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 11:11
 Merci à toutes celles et à tous ceux qui m'ont exprimé leurs amitiés et leur soutien, à l'occasion de mon passage à Nessma TV le 31 Aout dans l'émission Ness Nessma.
Il ne suffit pas d'être libre il faut être libéré. Oser affronte
r les tabous, c'est la mission de l'artiste.
Toutes mas amitiés . Raouf.
Quand je suis arbre vous me coupez  - Quand je suis eau vous me polluez
Quand je suis fertile vous me gaspillez  - Quand pétrol vous me pompez
Quand je suis Afrique vous m'affamez  - Quand je suis Nord vous me modernisez
Quand je suis sud vous me sous-développez

Extrait de La Terre : Raouf Ben Yaghlane
Repost 0
Published by Ben Yaglane
commenter cet article
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 19:02
رمضانكم مبروك و كل عام وأنتم بخير

و ربي يلطفنا و يلطفكم و يكرمنا ويكرمكم

بالصحة والعافية والأمان في كل مكان

Repost 0
Published by Ben Yaglane
commenter cet article
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 12:48

Photo publiée sur internet
Raouf ben yaghlane
Repost 0
Published by Ben Yaglane - dans CULTURE
commenter cet article
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 12:50

صديقاتي , أصدقائي , أدعوكم لمشاهدة برنامج "نقاط على الحروف " للأستاذة سلوى بسيّس يوم الإربعاء 24 جوان - العاشرة والربع ليلا , على قناة حنبعل و الذى سأكون ضيفا فيه بالإشتراك مع الباحث عبد الجليل الظاهري . موضوع الحصة : السياسة الثقافية في بلادنا . يسعدني قراءة تعاليقكم بعد المشاهدة و دمتم بخير
 مع التحيات . رؤوف بن يغلان
Repost 0
Published by Ben Yaglane - dans Télévision
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 22:41

 

جمهور قرطــــاج في خيالــــي والمفاجآت ستكشفها هذه الصائفة

 

جريدة الشروق - السبت 13 جوان 2009

 

 تونس ـ الشروق :

...قرّرت التسلح بالصمت... لن أعود للحديث عن أية مشاكل... لعلي في السكوت ألتقي بالحلول...! لا أفضّل الجلوس في المكاتب، أشعر وكأنّي أختنق... لكن لن تمنعني قيود المكان من الكلام... هكذا أحيا وهكذا سوف أموت...

إنه المسرحي رؤوف بن يغلان اعتنق خشبة المسرح ليكون جريئا في اختياراته، مغرّدا خارج السرب، ورغم بعض الأشواك التي خدشت مسيرة سنوات قرّر أن يخرج عن العادة والمعتاد ويتناسى مشاكل الثقافة والفن ليكون لقاء «الشروق» معه بعيدا عن الشكوى وتكرار المظالم لكن عندما ينساب الكلام تتبعثر القرارات.

هكذا اختار بن يغلان ان يستهلّ حواره معنا فبدا جريئا أحيانا ومتحفظا أحيانا أخرى.
*
الهجرة غير الشرعية موضوع مسرحية جديدة مازالت بصدد التحضير؟
ـ عنوانها «الحارقون» الى أن يأتي ما يخالف ذلك، طرحت موضوع «الحرقة» للكشف عن التناقضات التي نعيشها في مجتمعنا اليوم حاولت أن أتطرّق لهذا الموضوع من جانب هزلي نقدي لابراز معنى التحدي ومرارة الهزيمة... شباب في مقتبل العمر يرمون بمصيرهم الى الموت وهم على يقين بذلك شعارهم الحياة الكريمة أو الموت في عرض البحر... بهؤلاء الشباب التقيت وعلى وقع هذه المأساة التييعيشها شبابنا في تونس وفي العالم العربي حاولت أن أجسّد ذلك من خلال هذا العمل الفني الذي يعالج موضوع الهجرة غير الشرعية.

هل سيكون هذا العمل المسرحي من ضمن العروض الصيفية؟
ـ أوّل عرض في تونس بعد هذه الصائفة في اطار برنامج التحسيس ضد الهجرة السرية والعرض الثاني في ايطاليا وسوف يكون باللغة الايطالية وسيتم تدريبي على هذه اللغة، وهذا العمل من انتاج مؤسسةايطالية ولا يوجد أي تمويل تونسي.

وماذا أعددت للعروض الصيفية؟

- مفاجآت بالجملة.

هل ستلتقي جمهور قرطاج؟

ـ (مبتسما) في خيالي.

لماذا؟

ـ لا يرون صالحا أن أقول «نعبّر ولا ما نعبرش» في قرطاج.

 -  نعبّر ولا ما نعبّرش» أخذت حظها من النجاح، الجمهور في حاجة الى ما هو جديد؟
ـ الى حد الآن مازال الجمهور يطلبها ويحضر الى جل العروض والدليل آخر عرض في سوسة كان ناجحا للغاية وكان لقاء رائعا مع ذاك الجمهور حتى أن النساء تأثرن الى حد البكاء.
*
كيف هي علاقتك بالجمهور؟

ـ رائعة... يكفي حضوره وتشجيعه لأعمالي، به أحيا وأتنفس ودونه أختنق وأموت.
*
لكن هناك من يرى أن جمهورك نخبوي؟

ـ (غاضبا). من عقليات التخلّف أن تجعل من الناجح فاشلا وتفتخر عندما يتم ذلك بنجاح ومن المؤسف ان هذه العقلية سائدة في المشهد الثقافي والفني عندنا... فكيف للثقافة أن تحرّرنا من الرواسب إذا كان اهلها متعلّقين بالرواسب المتخلّفة

لهذه الأسباب رؤوف بن يغلان لا يفوّت فرصة إلا ويتحدّث عن المشاكل والمعاناة؟
ـ أنا لا أطرح المشاكل من باب موقعي الشخصي. كثيرون هم الفنانون الذين يعانون لكن في صمت... لا يستطيعون الكلام... شخصيا لا أعاني من المشاكل لكن عقلية العراقيل متوفّرة لدينا بشكل كبير... العقلية السائدة في المجتمع التونسي تكرّس العرقلة والاقصاء والتهميش ولا أقول هذا من باب الشكوى أو التذمّر
.
*
أين تكمن معاناة الفنان؟

ـ معاناة الفنان سببها عقلية التخلّف السائدة التي كنت قد ذكرتها من قبل، وكيف يصبح حال المواطن المتفرّج في هذه الظروف؟ الجواب واضح سوف يكون ضحيّة تهميش الفنان... صدقيني شخصيا لا أعاني من شيء بلالمعاناة تكمن في ذاك الفنان وإذا كان هناك من يدّعي أن ما أقوله وأصرّح به باطلا، أنا مستعد للنقاش مع أي كان من المسؤولين عن الثقافة. رئيس الدولة يقول لا لثقافة التهميش لكن للأسف ما نحياه خلاف ذلك والسبب هو تلكالعقلية السائدة المتعلّقة بالرواسب المتخلّفة. نحن لسنا متعوّدين بالتصريح بما نحن عليه وتسمية الأشياء بأسمائها حتى أصبح طرحنا للواقع محظور

   - لنعد الى المسرح ونبتعد عن مشاكل الثقافة؟

ـ (يقاطعني الكلام) قرّرت ألا أعود للحديث عن المشاكل لعل في صمتي عنها أجد الحلول. الصراحة عندنا أصبحت تستوجب الاحتراز، ولا فائدة في اعادة طرح نفس المواضيع، لأن اجاباتي لم تعد تقنعني.
*
ذكرت منذ قليل أنك تعيش بعيدا عن الناس ولا تلتقي أحدا من أين إذن تقتبس مواضيعك التي تطرحها حول شواغل الناس اليومية

ـ لقد تطرّقت الى مواضيع عديدة تمس شواغل الناس مثل الثقافة الصحية وتعرّضت اثرها الى مشاكل عديدة كذلك جسّدت دور المرأة في مسرحية «مثلا» وأثارت هي الأخرى ضجّة كبرى.
أنا واع أن الفنان مهما كانت راحته لابد أن يقترب أكثر ما يمكن لمعاناة المواطن أي أن معاناة الناس هي معاناتي وأوّل خطواتالعمل المسرحي الجديد حول الهجرة السريّة كان من خلال لقاء شباب في ايطاليا هاجروا بهذه الطريقة وشباب في تونس يحاولون سلك هذه الطريق  الوعرة. كما التقيت أيضا بأوليائهم ولمست عن قرب معاناة هؤلاء الأمهات وهن يسألن عن مصير أبنائهن المجهول والحزن باديا على وجوههن... إنها فعلا مأساة... لابد من التحسيس بخطورة هذه الآفة التي سمّيت «بالحرقة
».
*
هل يكفي عمل مسرحي للتحسيس بخطورة الهجرة السريّة؟

ـ العمل الفني هو جزء من هذه القاعدة التحسيسية الى جانب ذلك لابد من التكثيف من فضاءات الحوار. وخاصة داخل المقاهي، ولابدّ من تجديد مسالك وأساليب تعامل الادارة وأقترح تنظيم أسبوع خاص في شكل حملة وطنية للالتحاق بالشعب أي أن يتم لقاء كل الشرائح الاجتماعية في وسائل النقل وفي الاماكن العمومية وفي المطاعم الشعبية حتى يتم التقارب بين المواطن والمسؤول.

هل من أعمال أخرى تحت الدّرس؟

ـ أتهيأ لعمل مسرحي جديد بالفرنسية سوف يكون جاهزا في أواخر هذه الصائفة، وشاركت مؤخرا في اليوم الوطني للتحسيس ضد التدخين بمداخلة في شكل «سكاتش» هزلي يبرز مضارّ هذه الآفة وقد تبنت وزارة الصحّة الفكرة وسوف يتم ترجمتها الى عدّة لغات.

كلمة أخيرة؟

ـ أريد أن أقول أنا  لست اختصاصيا في قول «لاباس» ولا أحذق نطقها عندما أعيش عكس ذلك... الفنّان يحمل رؤية مخالفة لما هو سائد وعندما يعبّر عن اختلافه يدفع الثمن.

* حوار: نجوى الحيدري

Raouf Ben Yaghlane

 

Repost 0
Published by Ben Yaglane - dans CULTURE
commenter cet article

L'obstaclé

  • : Le blog de Raouf Ben Yaglane
  • Le blog de Raouf Ben Yaglane
  • : contactez moi sur Facbook: http://fr-fr.facebook.com/people/Raouf-Ben-Yaghlane/1660760965 La liberté d'expression ne suffit pas.Il ne suffit pas d' être libre , il faut être libéré.
  • Contact

Qui je suis ?

Désolé de ne pas pouvoir me présenter comme il faut car je viens de découvrir que je ne sais pas qui je suis au juste...

(Lire la suite)

Recherche

MES CHANSONS


Ma Chansons Ena-wena-mech-metfehmine.mp3


Référencement

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
ArabO Arab Search Engine & Directory
Site référencé par Aquitaweb.com
Art & Artist Blogs - Blog Catalog Blog Directory